Sidebar

18
Ven, Oct

Entretien personnalisé avec M. Bernard Keller, Maire de Blagnac

Rencontres

Le CIRT : Comment est née l’idée d’un parc de découverte aéronautique ?
B.K : Il y a plus de 30 ans maintenant que les acteurs et les témoins de la formidable épopée industrielle, technologique et humaine de l’industrie aéronautique ainsi que les amoureux du ciel et des avions, en somme toute la communauté aéronautique, s'est mobilisée pour préserver et valoriser ce patrimoine historique.

Depuis 1990, l’association « Terre d’Envol » alors présidée par Jean Pinel, puis en 1994 par Claude Terrazzoni milite pour la réalisation d’un tel projet.

Elle a joué un rôle fédérateur et catalyseur en rassemblant toutes les associations aéronautiques gardiennes de la mémoire et de l’histoire. Avec ces passionnés, la ville de Blagnac porte depuis le début le projet de ce lieu emblématique. Où peut-on mieux qu’à Blagnac, en effet, raconter le début de l’aviation, les premiers records et les paris les plus fous qui ont permis d’aboutir à l’A380 ? D’autant plus que l’activité aéronautique emploie aujourd’hui près de 80000 personnes dans la région et que Blagnac est devenue le moteur économique de l’agglomération toulousaine grâce à cette industrie, à ses bureaux d’étude, ses sous-traitants et équipementiers.

Le CIRT : La Mairie de Blagnac est-elle seule partie prenante dans le projet Aeroscopia ?
B.K : Le soutien actif et déterminant, dès l’origine, ensuite leurs engagements financiers, de la ville de Blagnac, puis d’Airbus ont permis de fédérer autour du projet Aéroscopia, les collectivités territoriales aujourd’hui contributrices que sont Toulouse Métropole, la Région Midi-Pyrénées, le Conseil Général de Haute-Garonne. La ville de Blagnac est maître d’ouvrage du projet et Oppidéa, la SEM d’aménagement du Grand Toulouse, est le mandataire de cette mission pour la ville.

Le CIRT : Quelles sont les dates clés à retenir pour ce projet ambitieux ?

B.K : Le lancement du concours d’architectes a eu lieu en 2006 et a permis de retenir le cabinet toulousain Cardete & Huet en 2007. Le permis de construire a été obtenu en 2008 et la première pierre du musée a été posée le 16 juin 2011. Les premiers travaux ont débuté au début du mois de mai 2012. Le traitement de la plateforme nécessaire pour accueillir la construction a duré jusqu’en juillet et à partir d’août 2012, les travaux de gros œuvre ont démarré. A partir de septembre 2012, le squelette de la charpente métallique de la halle en forme de tube a dessiné un nouveau paysage.
En mars dernier, l’entrée au musée des gros porteurs, Concorde, A300 et Super Guppy, a été un grand moment d’émotion. Le public était nombreux pour assister au roulage du Concorde vers sa dernière destination.
La livraison définitive du bâtiment est prévue au cours du dernier trimestre de cette année. Actuellement, les équipes travaillent déjà à la mise en œuvre du musée. Fresque, entrée des îlots, des avions, mise en valeur des collections sont au programme de cette ultime étape.

Le CIRT : Quels sont les coûts pour un tel projet ? Quels sont vos partenaires ?

B.K : Le coût du projet est de l’ordre de 21 000 000 d’euros. La ville de Blagnac finance pour un gros tiers. Viennent ensuite Toulouse Métropole à hauteur de 5 millions d’euros et Airbus pour 3,5 millions, puis la Région Midi-Pyrénées avec 2,6 millions et le Département avec 1,6 million de contributions.

Le CIRT : A quel public s’adresse le musée ?

B.K : Avec la conservation du patrimoine aéronautique, l’ambition majeure d’Aeroscopia est de susciter de l’intérêt, de la curiosité, de l’envie vis-à-vis des sciences, des techniques et des métiers qui les mettent en œuvre. Aeroscopia s’affiche comme la vitrine emblématique de ces métiers de l’industrie aéronautique et de l’excellence des compétences et des savoir-faire réunis. L’agglomération toulousaine et Blagnac ont vu naître l’aviation et sont la première plateforme aéronautique d’Europe. Elles ont une histoire scientifique, technique et humaine d’une grande richesse qui a abouti aux fleurons que sont la Caravelle, Concorde et la famille Airbus. L’attrait du grand public pour les avions conçus et réalisés par l’industrie européenne est manifeste. 150 000 visiteurs découvrent chaque année les sites industriels d’Airbus et la chaîne d’assemblage de l’A380. Située à proximité immédiate de la chaîne de montage de l’A380  et de l’usine Lagardère, Aeroscopia sera un lieu attractif et éducatif, un lieu de transmission de la culture scientifique qui devrait aussi susciter des vocations. Pour toutes ces raisons, Aeroscopia s’adresse aussi bien au public scolaire, qu’aux familles, aux férus d’aéronautique, à tous ceux qui ont envie de découvrir, d’apprendre et aussi de s’émerveiller.

Le CIRT : Vous avez confié l’exploitation du musée de la société Manatour sous la forme d’une délégation, qu’elles en sont les raisons ?

B.K : Aeroscopia relate l’histoire des avions et conduira aussi les visiteurs jusqu’à l’intérieur des avions. Ce musée est d’ores et déjà en totale symbiose avec les visites guidées des sites d’Airbus et doit accueillir 110 000 visiteurs dès la première année.
En 2012, au terme de l’appel d’offres sur une délégation de service public, le groupe Manatour, a été retenu par la ville de Blagnac pour l’exploitation du musée pour une durée de six ans. Pourquoi ? Il y a trois raisons essentielles. Pionner du tourisme de découverte économique, le groupe Manatour est spécialisé dans l’exploitation touristique de sites de savoir-faire industriels, techniques ou thématiques.
D’autre part, depuis 1990, le groupe Manatour est en charge de l’accueil des visites professionnelles et grand public des sites AIRBUS. Enfin, le groupe Manatour a présenté un projet culturel de qualité et une programmation riche en évènements et en visites thématiques y compris pour les plus jeunes. Le Conseil Scientifique d’Aeroscopia est le garant des orientations générales et culturelles du musée.

Le CIRT : Qu’en envisagez-vous l’ouverture au public ?

B.K : Aeroscopia doit ouvrir ses portes au public en janvier 2015.

 

| Propos rédigé par la Mairie de Blagnac - Septembre 2014

0
0
0
s2sdefault
powered by social2s