Sidebar

18
Ven, Oct

Entretien personnalisé avec M. Bertin Rufié, Directeur Econotre, centre de tri et de revalorisation des déchets

Rencontres

Le CIRT : Bonjour, M. Rufié. Merci de nous accorder un peu de votre temps.
Vous êtes Directeur du Centre de traitement et de valorisation des déchets Econotre. En quoi consiste Econotre ? Et depuis quand existe-t-il ?

B.R. : Bonjour et bienvenue ! Econotre, filiale de SITA (Pôle de propreté de Suez Environnement) a été mise en service en janvier 2001 dans le cadre d’une délégation de service public. La mission du groupe consiste à concevoir et mettre en place des stratégies de valorisation des déchets.
ECONOTRE a été créée pour répondre aux besoins de gestion des déchets du Syndicat mixte DECOSET.

Le CIRT : Quels types de déchets traitez-vous?
B.R. : Nous gérons l’activité de différentes installations de traitement et de valorisation des déchets en tout genre hormis les déchets dangereux. ECONOTRE comprend sur Bessières une unité de valorisation énergétique des déchets ménagers et assimilés, une unité de valorisation des mâchefers, un centre de tri des déchets recyclables.

Le CIRT :
Le bon fonctionnement d’un centre comme celui-ci doit probablement nécessiter d’importants moyens humains, matériels et surface au sol importante ?
B.R. : Effectivement, 85 salariés contribuent au bon fonctionnement Econotre. Le centre Bessières est lui-même relayé par 4 quais de transfert situés à l’Union, Colomiers, Grenade et Belberaud, lesquels jouent le rôle de « regroupement » : les déchets sont collectés et puis réceptionnés sur ces centres, puis rechargés en semi-remorques et réacheminés vers Bessières. Tout ceci dans un souci de réduction du transport. Reste enfin la plateforme de compostage des déchets verts située à Léguevin.

Le CIRT : Vous évoquez régulièrement le terme « revalorisation
». La plupart des déchets semblent être recyclés, ce qui est un énorme progrès ?
B.R. : En effet, nous pouvons dire que les déchets sont valorisés en quasi-totalité qu’il s’agisse de déchets sélectifs (journaux, bouteilles...) recyclés vers l’imprimerie, la sidérurgie ou la confection, des ordures ménagères dont l’incinération procure près de 600 KW hd’électricité (dont 85 % est envoyé sur le réseau EDF), ou encore des mâchefers utilisés en tant que grave (après là-aussi récupération de leurs métaux) en sous couche de route ou en remblais. Enfin n’oublions pas les déchets verts réutilisés en compost pour les particuliers, entreprises et collectivités.
 
Le CIRT : Depuis peu, nous entendons parler d’un futur mode de fonctionnement du service ramassage des poubelles. En quelques mots, pouvez-vous nous expliquer le principe de la « redevance incitative », futur mode de fonctionnement mis en place sur le territoire du SICOVAL?
B.R. : L’objectif de cette nouvelle démarche est avant tout de responsabiliser les citoyens quant à l’augmentation constante des ordures ménagères et donc, d’encourager la réduction des déchets. Je ne parle pas au nom du SICOVAL mais simplement le principe de la redevance incitative est le suivant :
Chaque bac ou poubelle possèdera une puce nominative permettant d’identifier l’utilisateur. Lors du passage du camion de collecte, la puce sera passée au lecteur électronique afin de récolter un ensemble de données dont la date, le nom de l’utilisateur,.... Votre redevance sera alors calculée en fonction du nombre de vidages de votre bac, et donc, d’utilisation réelle du service. Restera toutefois une partie fixe que tout utilisateur devra s’acquitter qu’il utilise ou non le service.

Le CIRT : A vous entendre il semblerait désormais que déchets riment avec
« Environnement respecté » ?
B.R. : Je ne vais pas vous dire le contraire...il suffit de regarder quelques chiffres
d’Econotre: 170.000 tonnes par an d’ordures ménagères résiduelles sont incinérées, 22 000 tonnes de collecte sélective sont triées dont 85% envoyées vers une « seconde vie » 45.000 tonnes de mâchefers sont valorisés, 3.500 tonnes de compost sont fabriqués, sans compter 100 GWh (Gigawatheure) par an d’électricité produite grâce à la valorisation énergétique ! Je crois qu’aujourd’hui nous pouvons véritablement parler de gestion optimisée. A tous les niveaux, même logistique, puisque nous limitons considérablement les émissions de CO2 en concentrant les transports avec l’organisation de nos 4 centres de transfert évoqués précédemment.

Le CIRT : Et vos équipements, bâtiments répondent-ils aux canons du Développement Durable ?
B.R. : La réponse est bien évidement oui ! D’ailleurs le site est certifié ISO 14001 depuis 2003. Econotre est parfaitement intégré dans l’environnement de Bessières. La conception architecturale originale et l’intégration en partie sous terre de l’unité de valorisation énergétique font de ce site une référence d’installation industrielle sur la région Midi-Pyrénées! Une référence dont nous sommes fiers mais, ce n’est pas tout... La présence de la biodiversité avec un plan d’eau et des espaces verts à proximité, des nuisances sonores extrêmement faibles, sont autant d’atouts en faveur de l’exigence règlementaire et environnementale de ce centre... qui, rappelons-le, est l’un des plus importants de la région...

Le CIRT : Peut-être un dernier mot de conclusion pour le CIRT?
B.R. : Mieux vaut une bonne visite qu’un long discours ! Je vous donne rdv le 24 Avril prochain, au centre Econotre où nous aurons le plaisir de vous y accueillir.

| Entretien réalisé par Impact Evolution pour CIRT

 

0
0
0
s2sdefault
powered by social2s